Le chocolat, source de bien-être et de santé

Les bienfaits du chocolat

 

Le chocolat est composé de plus de 500 molécules chimiques différentes, qui lui confèrent ses propriétés bienfaisantes (surtout pour le chocolat noir).  
Très célèbre, l’effet antidépresseur du chocolat résulterait de l’action conjointe de plusieurs composants : la théobromine, la phényéthylamine (aussi appelée « molécule de l’amour ») et le magnésium. Chacun d’entre eux a un effet stimulant mais agit également sur l’humeur, permettant ainsi de lutter contre la fatigue, le stress et l’anxiété. 
Le chocolat est également l’un des aliments les plus riches en flavonoïdes. Des antioxydants qui améliorent la circulation sanguine et limiteraient les risque de maladies cardiovasculaires. 
Quoi qu’il en soit, manger du chocolat apporte une sensation de réconfort et de bien-être.

 

 

Les origines du cacao

 

L’utilisation du cacao remonterait au IIe siècle avant J.-C. (entre 1900 à 1750 av. J.-C.). 
Originaire d’Amérique centrale, le cacaoyer était cultivé par les Olmèques, les Mayas puis les Aztèques. Ces peuples fabriquaient, à partir des fèves de cacao, une boisson chocolatée amère, agrémentée d’épices (vanille, piment...), principalement destinée aux cérémonies mais également consommée dans la vie quotidienne ou à des fins thérapeutiques. 
Les fèves servaient aussi de monnaie d’échange car le chocolat était un produit de luxe.

 

 

Du Nouveau Monde à l’Europe

 

Le chocolat fait son apparition à la cour d’Espagne en 1528 lorsque Hernán Cortés en rapporte d’Amérique. Le côté amer de la boisson ne plaît pas aux Européens, qui remplacent rapidement le piment par de la vanille et ajoutent du sucre et du lait. Le chocolat n’est introduit en France qu’en 1615 par Anne d’Autriche, fille du roi d’Espagne Philippe III, lors de son mariage avec Louis XIII. 
Produit d’importation, le chocolat reste un luxe. Une activité économique très lucrative se met en place et la production du cacao se développe principalement en Amérique latine, où le Venezuela reste le leader de la production jusqu’au XIXe siècle. Il faudra attendre le XXe siècle pour que la culture du cacaoyer gagne l’Afrique, l’Asie puis l’Océanie. Ceci afin de faire face à une consommation croissante de chocolat, rendue possible grâce à l’industrialisation de sa fabrication.

 

Crus et terroirs

 

Il existe trois types de cacaoyer : le criollo, le forastero et le trinitario (un hybride des deux précédents). Chacune de ces variétés produit un cacao aux saveurs et arômes différents. Comme pour les vins, les crus de cacao apportent des notes variées selon leur pays de culture :

  •   forestado du Ghana et de l’Équateur : notes grillées de croûte de pain chaud 
  •   criollo du Venezuela et de Madagascar : notes de fruits rouges 
  •   trinitarion : notes de fruits secs.

Ainsi, une liste de cacaos fins ou cacaos à saveurs a été établie depuis 1994 par l’Organisme mondial du commerce du cacao (International Cocoa Organization, ou ICCO) :

  •   le Fernando Po de Guinée équatoriale 
  •   le Puerto Cabello du Venezuela 
  •   le Chuao du Venezuela (cru très réputé et recherché) 
  •   le Mangaro de Madagascar 
  •   l’Arriba Summer Superior d’Équateur 
  •   le Los Ancones de Saint-Domingue en République dominicaine

 

Comment reconnaître un bon chocolat ?

 

La dégustation du chocolat met en éveil tous les sens (la vue, l’ouïe, l’odorat) et constitue un vrai rituel pour les amateurs. 

  •   Un bon chocolat doit être lisse, brillant et de couleur brune et chaude. 
  •   Le bruit renseigne sur sa qualité : un « croc » franc et précis est le gage d’un bon chocolat. 
  •   Humé puis porté à l’appréciation du palais, le morceau de chocolat fond doucement en bouche sans rugosité, mais avec caractère. Il attaque par une subtile acidité, l’amertume arrive sans agresser.

 

 

La sélection d’Au Bon Sens

 

Pour tous ces bienfaits, Au Bons Sens vous propose une gamme de chocolats noirs biologiques de chez l’artisan François Pralus :

  •  Équateur 75% : nez puissant, fruité, figues sèches et agrumes confits, rond en bouche, amer et acidulé (100 g) ;
  •  Madagascar 75% : nez frais, légèrement mentholé et fruité, fin en bouche, acidulé (100 g) ;
  •  République dominicaine 75% : épicé, fruité, tannique, boisé et long en bouche (100 g) ;
  •  Tanzanie 75% : arôme fin, caractère boisé et épicé (100 g) ;
  •   Pérou 75% : persistance aromatique, cacao, épicé (100 g).

Au Bon Sens vous souhaite une bonne dégustation !

 

 

 

Ajouter un commentaire

Les meilleurs commentaires seront publiés.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de spam.

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.